Prise de conscience

Dans les années qui suivent, Frédéric Back s'implique alors auprès d'organisations qui luttent contre la pollution urbaine et pour la défense des animaux, des mers et des forêts. Il participe financièrement, milite dans la rue, écrit aux gouvernements, et devient souvent porte-parole pour ces groupes. Mais il décide de concentrer ses forces et d'agir avant tout à travers le dessin. Les mots, les chiffres, les lois ne suffisent pas, il faut aussi avertir et mobiliser le public par l'émotion. Frédéric Back imprègne son travail de sa révolte. Avec ses affiches et ses dessins satiriques, il dénonce l'absurdité et la violence qui accompagnent l'insatiable appétit humain. Son intérêt et ses recherches sur l'image en mouvement le mènent au studio d'animation de Radio-Canada en 1968. Avec l'appui de son producteur Hubert Tison, il y conçoit et illustre des scénarios engagés. Ses films, créés pour une distribution internationale, proposent une autre vision de la réalité et invitent aux gestes à poser. Il touchera ainsi des millions de spectateurs appelés à devenir acteurs, à agir pour l'environnement. Pendant 25 ans, avec passion et patience, il consacrera toute son énergie à cet idéal.