De garçon de ferme à professeur

Je gagne 1 dollar par jour à la ferme de M. Boyce, nourri et logé, avec deux heures de liberté pour dessiner ou peindre. Traire les vaches, nettoyer les étables des veaux, cochons, poulets et dindons, soigner les deux bons vieux chevaux, ramener les vaches de la forêt le soir : j'adore cela, mais ma demande en mariage exige de meilleurs résultats. Pour un autre employeur, M. Constant Courte, il faut charger des camions de sable et dynamiter des rochers sur la route. Ami de classe de l'Archevêque de Montréal, il m'amène pour le rencontrer et une semaine plus tard l'Imprimerie St-Joseph m'embauche à 18 dollars par semaine pour peindre des vues de Montréal devant servir à un guide touristique.

Ghylaine m'a aussi recommandé de rencontrer M. Jean-Marie Gauvreau, directeur de l'École du Meuble. Il me reçoit tout de suite, se montre intéressé par mes peintures et dessins. Ayant été lui-même l'élève de Mathurin Méheut à l'École Boulle de Paris, il me promet de faire « quelque chose ». Le Directeur de l'École des Beaux-arts, M. Charlebois, a les livres de Méheut dans sa bibliothèque et s'empresse de créer un cours d'illustration pour m'engager comme professeur! Je tombe des nues! Quelques jours plus tard, on me nomme professeur à l'École du Meuble en remplacement de M. Paul-Émile Borduas, congédié.

La maison de monsieur Boyce. Crédit : Frédéric Back, Rockway, étude, juillet 1948
La ferme de M. Boyce et ses chevaux. Crédit : Frédéric Back, Rockway, étude, 30 juillet 1948
Paysage d'août. Crédit : Frédéric Back, Laurentides, projet, août 1948
Champs (ferme de Monsieur Constant Courte). Crédit : Frédéric Back, Arundel, étude, août 1948
Oratoire St-Joseph. Crédit : Frédéric Back, Montréal, étude, 1948
Montréal vue du mont Royal. Crédit : Frédéric Back, étude, 1948
Jean-Marie Gauvreau 1949
Jean-Marie Gauvreau (directeur de l'École du Meuble). Crédit : Frédéric Back, croquis, 1970