TOUT-RIEN

Vidéo

À peine créé, un couple d'humains commence à envier les autres créatures vivantes.

Crédit : Radio-Canada, couleur, 00:52

La petite histoire

TOUT-RIEN est le sixième film d'animation de Frédéric Back produit par la Société Radio-Canada dans le cadre des échanges avec l'Union européenne de radiodiffusion.

Le titre du film est inspiré par l'Histoire du soldat de Ramuz mise en musique par Stravinsky.

Le soldat donne son petit violon au diable en échange d'un livre qui lui procure toutes les richesses ; il constate alors amèrement que de tout avoir, c'est comme n'avoir rien.

TOUT-RIEN a connu un rayonnement international; mais ce qui importe à son auteur, c'est qu'il continue de faire son chemin en livrant son message intemporel et universel aux enfants des jeunes qui l'avaient vu à ses premières diffusions.

Synopsis

Tout-rien est une allégorie de la création du monde; du néant émerge un univers de richesses. Les espèces animales sont satisfaites de leur sort, mais l'humanité est sans cesse mécontente de son apparence, de ses possessions.

Ce film aborde l'éternelle insatisfaction humaine découlant de la notion de bonheur-possession. Contrairement aux espèces animales dont les appétits et l'instinct territorial ont des limites, l'humain est d'une telle rapacité qu'il construit son propre malheur.

Le message

« La possession comme le bonheur échappent sans cesse à notre ambition démesurée. Au lieu d'avoir, ne vaudrait-il pas mieux être, regarder, et laisser vivre le monde qui nous entoure, dont nous méconnaissons la vraie richesse et les vrais bonheurs sans cesse renouvelés? » demande Frédéric Back.

Dans le contexte de ces films faits à l'intention de la jeunesse, l'artiste engagé rappelle aux enfants que le désir de tout posséder est à la source du malheur des humains. En effet, le bonheur n'est possible que par le partage de ce qui existe.

TOUT-RIEN marque un tournant dans la carrière de Frédéric Back lorsqu'il est mis en nomination pour un Oscar® par l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences en 1981.