Les débuts d'un véritable studio de film d'animation

En 1965, Hubert Tison, un jeune animateur visionnaire, convainc la direction de la Société Radio-Canada de la nécessité de créer un studio d'animation où des artistes pourraient se consacrer à plein temps à cette forme d'expression pour faire des ouvertures d'émissions de qualité, la publicité pour annoncer les émissions diffusées en série et des films de création inclus dans le contenu des émissions. Mais les commandes pour ces derniers sont trop exceptionnelles et ne permettent pas d'acquérir une expérience professionnelle. Le principe d'un service d'animation d'une chaîne télévisuelle offrant à ses membres la possibilité de réaliser aussi des films personnels est alors rarissime. Le projet devient réalité en 1966. Pour des raisons administratives, cette unité ne portera jamais officiellement le titre de Studio; c'est sous l'appellation Section ou Service d'animation qu'elle sera connue.

[Document: D_1742]

[Illustration] Caricature de Frédéric Back : Hubert Tison tirant son ...studio.

En 1967, H. Tison obtient l'achat d'une première caméra 35 mm (de marque Oxberry) et l'embauche d'un caméraman compétent. Réunissant une dizaine d'artistes employés comme illustrateurs, il devient lui-même producteur afin d'encadrer ce groupe et de promouvoir la qualité des créations. En 1968, il propose à Frédéric Back de rejoindre cette unité; celui-ci accepte en espérant pouvoir faire un jour des courts-métrages basés sur ses propres scénarios. « Comme je connais la formation et le travail professionnel d'Hubert Tison et que l'équipe compte des artistes talentueux possédant des expériences très diverses, j'apprends toutes sortes de choses nouvelles liées à des techniques bien au point. Dans ce contexte, chaque film devient une expérience qui permet de faire des progrès »
F.B.

[Document: P_1120]

[Illustration] Caricature de Frédéric Back à Paul Webster, premier cameraman expérimenté embauché au studio d'animation.

Cette nouvelle unité est très originale dans ses différentes productions, principalement des ouvertures et promotions d'émissions, une nouveauté dans le domaine télévisuel; on y utilise plusieurs techniques d'animation et quantités de trucages inventifs. Frédéric Back explore ces techniques et apprécie le fait qu'il y ait maintenant une caméra spécialisée, un cameraman et une monteuse, ce qui facilite le travail. Un climat d'effervescence très stimulant anime ce service. Les étrangers venant à Radio-Canada sont amenés à visiter ce studio d'animation non conventionnel; ils tentent même d'y recruter du personnel. Très vite Hubert Tison convainc l'ASIFA d'inclure une section « films de publicité » dans les festivals; c'est ainsi qu'il participe, dès 1968, au Festival international du film d'animation à Mamaya, en Roumanie, avec deux de ses propres productions. Cela marque l'entrée de la Société Radio-Canada dans le circuit des festivals internationaux de films d'animation.

[Document: D_1187]

[Photo] De gauche à droite : Graeme Ross, Frédéric Back, Raymond David, Hubert Tison, à l'occasion du prix remporté au Festival international du cinéma animé, Barcelone (Espagne), 1972.