Les références aux peintres

« On a souvent fait allusion à des influences présentes dans mes dessins (Chagall, Monet, Renoir). Je ne les renie pas, au contraire, j'essaie de me servir de ces références pour familiariser les spectateurs avec ce que j'essaie de leur dire en quelques minutes. Quand vous entendez un morceau de musique la première fois, il vous surprend, vous séduit peut-être, ou bien vous rebute. Quand vous les réentendez, l'effet est très différent. Il devient plus familier et éveille des réactions plus intéressantes. Plus vous le réentendez, plus il vous touche. Les allusions que j'essaie de faire valoir dans mes films sont comme des ponts que je lance vers les spectateurs pour qu'ils se sentent en terrain connu et reçoivent plus facilement les idées qui sont au cœur des images. Ainsi en est-il des références aux images d'Altamira ou de Lascaux dans Tout-rien, ou encore aux Impressionnistes dans L'Homme qui plantait des arbres. Dans ce dernier film où le paysage est le sujet, cette forme d'expression picturale vibrante et vivante est bien appropriée tout en étant familière à beaucoup de spectateurs.


[Document: D_1707]

[Illustration] Dessin tiré du film L'homme qui plantait des arbres.
Crédit : Radio-Canada et Frédéric Back, 1987

« Dans L'Homme qui plantait des arbres et particulièrement dans Le Fleuve aux grandes eaux, les sujets me paraissaient imposer un certain réalisme dans le dessin, afin de donner une information crédible, convaincante et faire oublier le plus possible que c'étaient des histoires dessinées. Dans le passé j'ai fait beaucoup de décors de films, de maquettes de villes, de forts et de paysages, qui devaient donner l'illusion de la réalité. Étant donné la vitesse à laquelle j'ai dû travailler et le nombre illimité de dessins qu'il faut faire, j'ai aussi tendance à dessiner d'une façon assez réaliste. Pour interpréter, inventer une nature qui soit intéressante, il faut du temps pour la recherche. J'ai déploré de ne pas en disposer surtout pour le fleuve, dont le sujet était particulièrement difficile à illustrer et à bâtir. »


[Document: P_1737]

[Photo] Frédéric Back travaillant sur un très grand dessin du Fleuve aux grandes eaux.