Un puissant outil pour porter les messages

« Le dessin animé a un pouvoir considérable. C'est un art qui condense en peu de temps une somme considérable d'informations, souligne les contrastes, transpose, suggère, propose ce qui est invisible… et l'on sait bien que le plus important est invisible.

« J'aimerais donc que le succès de mes films encourage d'autres producteurs, artistes et cinéastes à créer des œuvres qui aident l'humanité à trouver des chemins qui ne soient pas des culs-de-sac et à préserver, pour un autre millénaire, la diversité biologique, la santé et la beauté qui donnent un sens à notre vie et à notre intelligence.

« Les représentants des émissions jeunesse de la Société Radio-Canada, dont Robert Roy en particulier, m'ont permis de faire des films porteurs de messages. Le jeune public est de plus en plus exposé à la publicité, aux tentations, à l'exploitation. Je trouvais qu'il était important de l'informer, de le rendre critique, si possible, par ces médias puissants que sont le dessin animé et la télévision. Pour moi, comme pour Hubert Tison, la qualité du scénario, la valeur du message sont les éléments les plus importants du film. À la base il y a un idéal, les qualités artistiques et techniques ne servent qu'à l'enrichir, à le porter plus haut. »

Frédéric Back

[Vidéo] Frédéric Back discute de la relation du film avec le spectateur.
Crédit : Radio-Canada, Horizon 2, 1984, 01:08

[Vidéo] Extrait d'entrevue avec Madeleine Poulin sur les différentes étapes de la production.
Crédit : Radio-Canada, 1987, 06:35