Canada | Les autochtones de la Côte Nord-Ouest

La société

Les Amérindiens de la côte nord-ouest bénéficiaient pour leur nourriture de la proximité de la mer et de la forêt. Cette relative abondance leur a permis de développer une société raffinée qui comportait quatre classes sociales. La classe la plus élevée était constituée par le chef du village et sa famille. La classe la plus prospère lui succédait. Elle bénéficiait aussi de certains privilèges dus à son rang. Les cueilleurs et les chasseurs menaient une vie libre mais exempte de privilèges, alors que les esclaves qui se trouvaient au bas de l’échelle de cette société n’avaient aucun droit.

La place que chacun occupait dans la hiérarchie se traduisait par le nom et le titre qu’il portait. L’appartenance à un lignage allait jusqu’à permettre ou non d’utiliser certains dessins, des emblèmes, de même que certains chants.

Le potlatch était l’occasion de démontrer son appartenance à une haute classe sociale. C’était une fête donnée en l’honneur d’un clan où l’on faisait des cadeaux pour démontrer sa prépondérance. Il était organisé par les plus riches du village. La capacité d’un homme à démontrer sa prodigalité de façon immodérée était tenue comme un symbole de sa légitimité. Potlatch signifiait « donner ». Ainsi, les biens étaient redistribués dans le village et n’étaient pas concentrés entre les mains des privilégiés. Tout le monde pouvait en bénéficier. Au milieu du XIXe siècle, cependant, le potlatch devint l’occasion de prouver sa suprématie envers un rival. Ainsi, un homme invitait également à la fête ses rivaux et ses ennemis. Les cadeaux étaient alors distribués de façon à humilier les adversaires. Par exemple, on pouvait donner un objet rare et coûteux dans le but de faire sentir sa supériorité. On pouvait aussi brûler ou détruire des objets précieux de manière ostentatoire.

[peinture #03085]
#03085
Conteur amérindien tenant une pipe
1950
Canada, Colombie-Britannique
Projet, gouache, page de carnet
Voir Info