Zone polaire

La baleine et le narval

Les Inuits chassaient la baleine au harpon depuis leurs kayaks. Ils utilisaient les côtes de baleine pour faire des chevrons qui soutenaient les toitures de leurs habitations. Les vertèbres servaient de tabourets. Avec la mâchoire, ils faisaient des patins de traîneau. Avec les fanons, ils faisaient des tasses, du fil, des outils, des pièges à loup et à ours polaire.

En 1609, Henry Hudson tenta de naviguer par le nord pour atteindre la Chine. Il vit un nombre incalculable de baleines et en fit rapport, ce qui lança la chasse. L'Arctique connu alors une prolifération de baleiniers. On en comptait de 500 à 600 par année, pour un total de 20 000 hommes à bord. Une baleine boréale rapportait 30 tonnes de graisse. Avec les fanons, on rembourrait les fauteuils et les traversins, on faisait des baguettes de fusil, des cannes à pêche, des chausse-pieds, des tiges de parapluie, les ressorts des premières machines à écrire, les baleines des corsets et des guêpières, ainsi que celles des volumineuses jupes à cerceaux. L'invention des matières plastiques, comme le celluloïd et la bakélite, fit tomber les prix du fanon et entraîna la fin de à la chasse à la baleine qui aura duré 300 ans.

Les Inuits chassaient aussi le narval pour se nourrir et pour nourrir les chiens. Ils utilisaient l'ivoire de sa défense pour fabriquer divers objets utilitaires.

[peinture #07025]
#07025
Béluga
1995
Canada
Illustration de livre, crayon, papier Letraset
Crédit : Frédéric Back et Libre Expression
Voir Info