Restaurants

En 1952, Frédéric Back fait la connaissance de Claude Hinton, décorateur-ensemblier réputé. Il a été recommandé par le décorateur de théâtre et de télévision Robert Prévost pour dessiner les grilles d'un restaurant de Montréal. C'est le début d'une collaboration fructueuse et, aussi, d'une belle amitié. L'appui de Claude Hinton l'aidera à décrocher un contrat d'une grande importance : le vitrail de la station Place-des-Arts du métro de Montréal.

Coordonnateur de travaux de transformation et de décoration, Claude Hinton ne dessine pas. C'est donc Frédéric Back qui lui fournit des perspectives des lieux et plans de construction, y compris pour la création de meubles. Il est particulièrement apprécié pour sa capacité à visualiser les espaces nouveaux à créer et à en faire des dessins éloquents et convaincants pour les clients. De son côté, il est stimulé par la liberté qu'on lui laisse d'inventer et de créer sans avoir à se préoccuper des budgets. Sa collaboration avec Claude Hinton s'achèvera vers 1975. Absorbé par son travail intensif au studio d'animation de la Société Radio-Canada et par son dévouement à la cause environnementale, il n'a plus le temps de participer à des projets d'architecture intérieure.

La Saulaie

Claude Hinton reçoit la commande de la construction d'un restaurant chic sur un terrain avec un ruisseau et une mare bordée de saules qui inspirent le nom du futur établissement. On est en 1965. Le terrain est situé sur la rive sud du Saint-Laurent, à Boucherville. Il n'y a sur le site choisi qu'une immense dalle de béton et quelques poteaux métalliques. Frédéric Back effectue l'esquisse et les plans d'un bâtiment aux lignes traditionnelles qui pourrait s'ériger sur ces fondations. À partir de là, il dessine les espaces intérieurs à l'échelle, la réalisation étant confiée à un charpentier d'expérience. C'est aussi lui qui conçoit le foyer de pierre et sa plaque historiée, le cadran solaire et les décorations peintes des portes de la cuisine et du bureau. Il dessine également le menu de l'établissement.

Hélène de Champlain

À la veille de l'exposition universelle de Montréal, Expo 67, plutôt que d'édifier un nouveau bâtiment, le maire Jean Drapeau décide de transformer le restaurant Hélène de Champlain en Pavillon d'honneur du Canada. Claude Hinton est alors président de la Société des décorateurs-ensembliers du Québec. Sollicité pour réaliser le contrat, il demande à Frédéric Back d'imaginer la conversion en lieu de prestige de cet immense restaurant aux allures de hall de gare d'autobus. Celui-ci esquisse en couleur un décor luxueux avec de grands lustres, de somptueuses cheminées en pierre aux boiseries chaleureuses, de riches tapisseries et un mobilier inspiré du style Louis XIII. Il propose également une galerie intérieure permettant de circuler d'une salle à l'autre sans troubler la quiétude des gens dans la grande salle à manger centrale, dessine des volets intérieurs pour annuler l'effet de meurtrières des fenêtres, suggère des lampes sur table et toute une série de dessertes, armoires et rampes d'escalier. À une exception près, toutes ses suggestions sont adoptées. Il a carte blanche pour réaliser une fresque sur un immense paravent destiné à séparer en deux l'immense salle à manger du restaurant. Après Expo 67, cet établissement de l'île Sainte-Hélène conservera ses lettres de noblesse en offrant une fine cuisine digne des meilleures tables.

Roma Antiqua

Ancien magasin montréalais transformé en restaurant, le Roma Antiqua a ouvert ses portes en 1973. Établi sur deux étages, avec avancée sur la rue et terrasse, il doit sa décoration intérieure à Frédéric Back. En plus des peintures murales évoquant les ruines de Pompéi, celui-ci réalise, avec la complicité du forgeron d'art Jo Bergot, des éléments décoratifs inspirés des jeux du cirque romains. Il dessine le menu dans le même esprit.

La Tour Eiffel

Italien d'origine, le propriétaire de ce restaurant possède aussi le Roma Antiqua. Très heureux des travaux effectués dans cet établissement, il fait appel à la même équipe pour créer un décor à l'italienne dans les locaux de La Tour Eiffel. Frédéric Back se chargera de plusieurs éléments peints, d'une fausse cheminée en relief et d'une pergola sous l'escalier. Il fera également une illustration pour le menu.