La maison Trestler

Exposition muséale pour La maison Trestler
Lieu : 85, chemin de la Commune, Vaudreuil-Dorion (Québec) J7V 2C3 Canada
Illustrations de sept stations : Frédéric Back

Au nom de l'histoire

Classée bien culturel et monument historique, la maison Trestler a été bâtie par l'immigrant allemand Joshef Tröstler, rebaptisé Jean-Joseph Trestler (1750-1813). Ex-militaire installé à Montréal en 1783, il devient marchand ambulant dans le secteur des seigneuries de Vaudreuil et de Rigaud. Il y ouvre un magasin général avant de décider de construire ce magnifique manoir au bord du lac des Deux Montagnes pour y installer son commerce florissant et sa résidence familiale. D'inspiration architecturale française, la construction se fera en trois phases, entre 1798 et 1806. Restaurée, la Maison est devenue un édifice à vocation culturelle qu'on peut visiter pratiquement toute l'année. On y trouve sept panneaux réalisés par Frédéric Back en 2004 pour évoquer la vie quotidienne à l'époque de Jean-Joseph Trestler. Peints au pastel et à la gouache, ils sont vivants, très détaillés et parfois imposants : certains mesurent deux mètres de hauteur. La plupart contiennent des éléments humoristiques que l'illustrateur a introduits en clin d'œil aux jeunes visiteurs.

Pourquoi, comment

Comme cela s'est produit à plusieurs reprises, Frédéric Back relaye sur ce contrat son fils Francis, spécialiste des illustrations à caractère historique, qui n'a pas de temps pour satisfaire la demande de la maison Trestler. Comme il n'existe pas d'archives concernant la vie quotidienne à la charnière du 18e et du 19e siècle en ces lieux, il s'agit de procéder à une reconstitution historique. Francis Back appuiera son père en lui fournissant une bonne part de la documentation nécessaire à la réalisation de cette tâche délicate. Par ailleurs, Frédéric Back brossera des portraits de certains personnages en se basant sur des peintures d'époque réalisées par l'artiste William Berczy.

Les illustrations ont d'abord été réalisées en petit format, puis numérisées par un ami et technicien hors pair : Normand Tessier. Imprimées en grand format sur papier coton 100 %, elles ont été retravaillées au pastel et à la gouache.