[Document média: P_0369]
Photos

Cette série de photos en noir et blanc illustre bien la technique de travail utilisée par Frédéric Back pour créer le dessin de ses vitraux. On le voit dans son atelier du chemin de la Côte-Sainte-Catherine, à Montréal, en compagnie d'un collaborateur.

Crédit : Archives de la ville de Montréal, 1967

Verrière du métro Place-des-Arts, Montréal

Titre : L'histoire de la musique à Montréal ou Les arts lyriques
Concepteur/créateur : Frédéric Back
Inauguration : le 20 décembre 1967
Hauteur : 2,74 mètres
Largeur : 13,72 mètres
Offerte à la Commission de transport de Montréal par la société Steinberg ltée, dans le cadre de ses activités de mécénat et à l'occasion de son 50e anniversaire

Recouvrant entièrement le mur de la mezzanine est de la station de métro Place-des-Arts, ce somptueux vitrail retrace l'histoire de la musique à Montréal. Du son des trompettes qui résonnèrent du temps de Jacques Cartier pour le baptême de la ville au dynamisme de la musique contemporaine en passant par les chants traditionnels des coureurs des bois et l'éveil musical des années 1850, la fresque met en vedette les figures marquantes de la vie musicale canadienne entre le 16e et le 20e siècle.

Détails techniques

Illuminé par 105 tubes de néon, le vitrail est composé de milliers de lames de verre superposées, enchâssées dans une armature de fer pesant une tonne et formant des cadres irréguliers. Utilisant sa technique habituelle, Frédéric Back l'a fabriqué en superposant quatre épaisseurs de verre. Un premier panneau en verre trempé texturé protège l'ensemble de l'œuvre, et fait vibrer les couleurs. Les dessins sont grattés dans la peinture noire du deuxiè

« Je me suis compliqué la vie en variant les proportions et les angles de panneaux de verre, se souvient Frédéric Back. Afin de donner du mouvement à l'ensemble, de grandes courbes en fer se superposaient aux lignes droites, servant à la fois de protection et de renfort à la structure. Ce fut un travail complexe et exténuant, car toutes les plaques devaient être manipulées à maintes reprises et être conformes aux cadres métalliques à géométrie variable. »

La petite histoire

Le métro de Montréal est inauguré en octobre 1966. Le maire Jean Drapeau (1916-1999) souhaite qu'il soit « le plus beau métro du monde »rédéric Back a déjà à son actif la transformation du restaurant Hélène de Champlain et la réalisation de plusieurs vitraux. D'emblée, il est emballé par l'envergure du projet et par le thème.

Au départ, on lui demande un vitrail consacré à quatre grandes vedettes de la musique à Montréal au 19e siècle : Guillaume Couture, Calixa Lavallée, Emma Albani et Alexis Contant. Trouvant la sélection réductrice, Frédéric Back opte pour une reconstitution de l'histoire de la musique à Montréal. Il se plonge alors dans plusieurs mois de recherche pour remonter quatre siècles d'histoire que personne n'a encore mis en perspective du point de vue de la création musicale. Un travail titanesque qui s'étalera sur toute l'année 1967, qui l'obligera à utiliser ses vacances et à prendre un mois de congé sans solde à Radio-Canada pour terminer le vitrail et l'installer. Il engagera lui-même les ouvriers et payera de sa poche l'assurance et les plaques de bronze qui identifient l'œuvre. Une aventure bien peu rentable, mais des plus passionnantes.